UA-48769767-1
Site logo

Guy Van Herbruggen. Collectionneur de cockpitsLe webzine canadien francophone sur l'aéronautique

Stacks Image 472
Stacks Image 565
Rencontre
J’ai fait la connaissance de Guy Van Herbruggen le 7 octobre 1984. Ce jour-là se déroulait un vol spécialement organisé à Bruxelles-National pour le départ du Boeing 707 OO-TED de la compagnie belge Trans European Airlines. C’est en discutant un peu avec tout le monde avant d’embarquer que j’ai rencontré Guy et que j’ai constaté que nous étudiions tous les deux à l’ECAM, une école formant des ingénieurs industriels, sans jamais nous y être rencontrés. Depuis lors, nous sommes toujours demeurés en contact et nous nous voyons de temps à autre même si je vis désormais au Canada et lui en Belgique.


Passage au Québec
Guy est un passionné d’aviation, je dirais, jusqu’à l’extrême. Ayant un emploi dans une compagnie de courrier express, il n’hésite pas à se déplacer, parfois le temps d’un week-end, à l’autre bout du monde pour voler à bord d’avions sortant de l’ordinaire. C’est ainsi, qu’il y a quelques semaines, il s’est rendu en Afrique du Sud pour effectuer un vol sur l’un des rares Douglas DC-4 encore en état de navigabilité. L’an dernier, avec un groupe d’amis, il était venu à Montréal pour voler à bord d’un Convair CV-580 de Nolinor et d’un Swearingen Metroliner de Bearskin Airlines. Dans la foulée, je lui avais organisé un vol en Beaver au départ de Saint-Mathias-sur-Richelieu avant qu’il ne reprenne l’avion pour l’Europe. Le 25 octobre dernier, il est revenu à Montréal pour participer au tout dernier vol d’un MD-11 de la KLM, chose qu’il avait déjà faite avec un DC-10 de la Biman Bangladesh en février. Il n’hésite pas non plus à sortir des sentiers battus et s’est déjà rendu en République Démocratique du Congo ou en Iran pour assouvir sa passion. Ces dernières années, de plus en plus souvent, son fils José l’accompagne. Le virus se serait-il transmis ?

Grand collectionneur
Son autre principal attrait pour l’aviation est l’acquisition d’anciens cockpits ou de simulateurs de vol. Depuis que je connais Guy, je l’ai toujours vu intéressé par le Boeing 707 au point qu’il s’est un jour mis dans la tête de posséder un cockpit de son avion favori chez lui à la maison. Non seulement il a eu l’idée, mais il a été jusqu’au bout de celle-ci ! Après avoir effectué des tentatives infructueuses ou trop onéreuses pour faire venir un morceau de fuselage avec la cabine de pilotage d’un 707 déclassé et ferraillé en Europe, il a eu l’opportunité de racheter l’ancien simulateur de vol de la SABENA, la compagnie nationale belge. Ce simulateur statique était en bois, mais était une réplique exacte du poste de pilotage de son avion favori. Devant l’installer chez lui, avec la bénédiction de son épouse France, il fait démolir la terrasse située à l’arrière de sa maison et fait creuser un énorme trou afin d’y bâtir un local souterrain pour le simulateur. Aucun véhicule ne pouvant se rendre à l’arrière de la maison, il a loué une immense grue afin de faire passer le simulateur au-dessus de celle-ci et de le poser au fond du local. Une fois l’opération terminée, une nouvelle terrasse a été construite par-dessus le tout. Depuis, Guy travaille régulièrement sur son cockpit afin de le rendre le plus fonctionnel possible et au plus proche de la réalité. C’est ainsi qu’il acquiert encore certains composants au gré de ses besoins. Quand vous allez chez lui, il est capable, de mémoire, de vous dire avec précision de quel avion vient n’importe lequel des éléments composant son simulateur, tantôt d’Air France, tantôt de la Lufthansa ou encore de la Pan Am.

Depuis quelque temps, ayant trouvé des amis partageant le même intérêt que lui pour les cockpits d’avions, il participe au développement d’un petit musée situé sur l’aéroport de Saint-Ghislain, près de Mons. À ce jour, ils ont déjà récupéré à Manston en Angleterre le poste de pilotage d’un ancien McDonnell Douglas DC-10 de la SABENA et, tout récemment, ils se sont fait livrer par bateau depuis le Kansas l’ancien simulateur du Douglas DC-8 de la Flying Tiger Line.

Une fois par année, afin de maintenir ses connaissances et ses aptitudes au sujet du Boeing 707, et surtout pour se faire plaisir, Guy et quelques-uns de ses compères, louent le simulateur de la Pan Am Academy à Miami pour se pratiquer. Ainsi, lorsque vous venez visiter son cockpit, il sera capable de vous montrer en détail l’ensemble des procédures de mise en route, de vol et d’arrêt de l’avion. Absolument extraordinaire, mon ami Guy !


L'article original :
http://www.alouettelama.com/articles/GuyVANHERBRUGGEN.pdf
Stacks Image 590
© 2014 Image-innée — Contactez-nous