UA-48769767-1
Site logo

La voltige en avion de construction amateurLe webzine canadien francophone sur l'aéronautique

construction avion amateur
Stacks Image 565
Depuis quelques mois, la voltige aérienne a pris un formidable essor au Québec après plusieurs années de calme.

Nous sommes nombreux à travers la province à pratiquer cette discipline qui demande de la concentration, de la maîtrise et surtout de la persévérance pour atteindre l’objectif qu’on s’est fixé. Mais aujourd’hui, je ne vous parlerai pas exactement de ce sport mais plutôt de la pratique à bord d’un aéronef de construction amateur.

Plusieurs d’entre vous connaissez certainement des avions non certifiés qui sont dits aptes à la voltige. Si cela existe et est reconnu dans divers pays, il est important de savoir qu’au Canada, pour pratiquer la voltige aérienne avec un aéronef de construction amateur, il faut faire la demande pour enlever cette interdiction. Eh oui, la voltige est interdite sur ces avions jusqu’à ce que le propriétaire ait fait certaines démarches.

Prenons l’exemple des Van’s (famille des RV). Aux Etats-Unis, ces avions sont produits en kit et sont autorisés par le fabricant et la FAA pour la pratique de voltige (en respectant les limites et les figures autorisées). Au Canada, si vous désirez faire de la voltige en RV8, par exemple, vous devrez faire la demande auprès de Transports Canada afin de faire lever cette interdiction.

C’est la circulaire consultative 549-101A qui va guider le propriétaire de l’aéronef. Cette circulaire renferme deux volets mais je ne vous parlerai que de la deuxième partie car la première s’adresse plutôt à une compagnie qui déciderait de faire évaluer son produit pour la voltige aérienne.

Transports Canada
Avant toute chose, il faut faire la demande auprès de Transports Canada pour obtenir un permis de vol à des fins spécifiques (démonstration exceptionnelle simplifiée de voltige aérienne). Ensuite, il y a une partie inspection mécanique et une partie en vol à effectuer.

La partie mécanique consiste en une inspection de l’aéronef pour s’assurer qu’il répond aux normes énoncées dans la circulaire. Cette inspection, bien qu’elle devrait être effectuée par un mécanicien, peut être faite par le pilote qui conduira les vols de démonstrations.

La partie en vol est effectuée par un pilote qui possède certaines qualifications reliées principalement à son expérience en voltige (instructeur de voltige, DAR etc…). Cette partie de démonstration en vol devra être très détaillée. Les figures qui seront démontrées, les facteurs de charge limites etc... devraient être consignés dans un rapport de vol. Comme cela pourrait être le cas pour un avion nouvellement construit.

Il serait très sage de démontrer certaines figures qui ne sont pas violentes pour l’aéronef et après un certain temps, faire une inspection afin de vérifier la structure et s’assurer que l’aéronef n’a pas subi de dommages. Ensuite, le pilote pourra, avec le propriétaire, décider de poursuivre avec des figures plus complexes mais surtout sans jamais dépasser le domaine de vol pour lequel l’avion avait été initialement construit.

Enfin, la sécurité!
Si vous décidez de faire les essais pour la voltige sur votre avion de construction amateur, je vous conseillerais d’investir dans des équipements de secours tels qu’un casque et un parachute. Au total, ces deux équipements vont vous coûter un peu moins de 3000$ mais si cela devait mal se passer, vous aurez au moins sauvé votre vie.
Stacks Image 590
© 2014 Image-innée — Contactez-nous