UA-48769767-1
Site logo

Premier vol commercial Est-Ouest transatlantique par un plus lourd que l’air!Le webzine canadien francophone sur l'aéronautique

Stacks Image 472
Stacks Image 565
Pour les Montréalais, le nom du parc des îles de Boucherville est généralement synonyme de tranquillité et de promenades en famille. Il y a un peu plus de 75 ans, les rives du Saint-Laurent étaient les témoins d’une toute autre activité, l’arrivée du premier vol commercial transatlantique Est-Ouest effectué par un plus lourd que l’air.

Nous sommes en 1938. L’atlantique est déjà vaincu depuis 1919 avec les traversées des NC-4 de l’US Navy et de Alcock et Brown. Lindbergh a relié New York à Paris onze ans auparavant. Quelques mois plus tôt, des Zeppelins assuraient encore des vols transatlantiques réguliers.

La pression est forte entre les compagnies aériennes naissantes pour assurer un vol sans escale entre l’Europe et l’Amérique du Nord. Sir Alan Cobham’s, un pionnier de l’aviation et spécialiste des vols de grandes distances perfectionne le ravitaillement en vol, alors embryonnaire, pour atteindre ce but.

Problématique rencontrée
Pour franchir l’atlantique, la masse de carburant nécessaire excède les capacités de charge au décollage des appareils existants à l’époque et rend la capacité d’emport en passagers et fret dérisoires. Cependant, le principe indique que la masse au décollage maximum est inférieure à la masse maximale en vol où il est possible de maintenir un vol en palier.

Sur ce principe, le directeur technique de l’Imperial Airways, R.H. Mayo propose une solution sensée afin de résoudre cet enjeu : un avion porteur transporte l’avion qui assurera la traversée jusqu’à son altitude de croisière, le libère, revient à sa base tandis que l’aéronef chargé de ses passagers et du carburant nécessaire continue son périple au-dessus de l’océan. Supporté par le gouvernement britannique, (le ministère de l’air émettant la spécification 13/33) une entreprise est créée en 1935 pour mener à bien ce projet, la Mayo Composite Aircraft Co. qui sera chargé de la coordination tandis que Short, spécialiste des hydravions lourds se verra confié la réalisation.

Ainsi naît le Short Mayo Composite, constitué de deux appareils, le Short S.20 Mercury et le Short S.21 Maia, une variation du Short C-class Empire. Le S.20 Mercury est propulsé par 4 moteurs Napier 16 cylindres disposés en H de 340cv (370 plus tard). Sa masse maximale au décollage est de 7030 kilos mais celle-ci est portée 12156kg lorsqu’emporté par le S.21 Maia.

Le 27 juillet 1937, John Lankester Parker réalise le premier vol du Maia et moins de deux mois plus tard, le 5 septembre c’est au tour du Mercury de s’envoler. Le 20 janvier 1938, les deux appareils effectuent un vol assemblés l’un au-dessus de l’autre et le 6 février, le Mercury se détache du Maia pour la première fois. L’exploitation commerciale peut commencer… Le 21 juillet 1938, le Maia et le Mercury, pilotés respectivement par Wilcockson et Bennett décollent de Foynes en Irelande. Le S.20 Maia emporte 272 kilos de marchandises et de courrier.

Le lourd assemblage s’élève lentement et une fois l’altitude de croisière atteinte, le Mercury se sépare du Maia à environ 1000 mètres d’altitude. Destination, Montréal ! Par radio, Albert Coster communique les conditions du mauvais temps… durant près de 4h le vol se fait dans la pluie au-dessus d’un océan déchaîné! Le ciel se dégage et les conditions s’améliorent. Le plan de vol initial prévoit une escale à Botwood, Terre-Neuve. La côte canadienne est franchie en 13h29 minutes après le décollage. Le capitaine Donald Bennett décide de poursuivre son vol sans escale. Un message est envoyé évoquant la possibilité d’un arrêt à Québec. Il n’en sera rien et 20h 21 minutes plus tard, l’hydravion se pose sur le St-Laurent à Boucherville. La distance de 4714.4 km a été franchie en 20h 21m, soit une vitesse sol moyenne de 232 km/h battant le record précédant de la traversée de l’Atlantique.

Le début de la seconde guerre mondiale et le développement de moteurs plus puissants rendront rapidement obsolète la formule développée du Short Mayo mais le transport aérien a connu une croissance florissante qui ne s'est pas démentie non plus.
Stacks Image 590
© 2014 Image-innée — Contactez-nous